1064
Nous sommes le vendredi 24 juillet 2020. Il est déjà 1heure PM. Des caméras pointées. Un public disposé. Sur une table derrière le public, des petites pièces, des bières et un cocktail attendent avec impatience une dégustation. Tout est en place. Dans quelques minutes, c'est le coup d’envoi de la clôture de la CTL Haïti.  « Creative Tech Lab. Organisé par BID. Propulsé par Banj », c’est tout ce qu’on peut lire partout sur ce Backdrop installé en premier plan dans la salle. A gauche de ce backdrop se trouve une table à laquelle est assis Emmelie Prophète du BHDA et Jean Emmanuel Desmornes de la BID. Dans le même endroit se trouve un grand écran. En face, des hommes et femmes presque tous en Blanc. Ce sont les créatifs et développeurs qui forment le public. Ils sont assis, leurs yeux vers l’avant. 1h 48 PM. Marc Alain Boucicault, PDG de Banj, amorce l’activité avec une intervention sur le pourquoi de la CTL et en quoi consiste-t-elle exactement. Il introduit rapidement Claudia Stevenson, représentant de la BID dans quelques mots. Puis Emmelie Prophète, la directrice du Bureau Haïtien des Droits d’Auteur (BHDA) prend la parole pour son allocution. Dans son discours, elle a surtout mis l’accent sur la nécessité de créer des contenus en Haïti. Son discours n’a pas trop duré. Marc Alain a rapidement fait la transition vers la présentation des quatre (4) projets retenus dans la CTL Haïti. Autodidacte, Spektak, Tololo Network et Vilaj, sont les noms de ces nouveaux produits dans l’industrie créative haïtienne.                À tour de rôle, ces projets ont été présentés par un membre de chaque groupe avec slide show et démo vidéo. Les uns après les autres, ils ont épaté les trois (3) membres du jury. « À chaque présentation, je suis encore épaté par la qualité des présentations » a déclaré Patrice Bayard, un membre du jury. « Je suis vraiment épaté par le niveau de réflexion intellectuelle et de compétence démontré par les membres des groupes dans la construction de ces projets », poursuit le copropriétaire de Télé Haïti.    Selon le développeur Louinord Innocent, présentateur de projet, Autodidacte est une application web permettant la création de produit en 3D en donnant la possibilité aux utilisateurs de faire une expérience virtuelle. Spektak, pour sa part, est une plateforme cinématographique et événementielle destinée à la diffusion d'oeuvres Afro-caribéen. Angie Bell qui a présenté le projet Tololo Network, a fait savoir que c’est une plateforme éducative et culturelle permettant aux enfants d’apprendre plus sur leur histoire et leur culture en s’amusant.    Le projet Vilaj, présenté par le Dj Kemissa Trecile, est une application utilisant la blockchain pour permettre une meilleure régulation de l'industrie créative. Par cette technologie les artistes pourront contrôler tout et avoir toutes les informations qu'ils auront besoin dans un seul endroit. Quatre (4) projets innovants et prometteurs qui ont poussé l’ambassade américaine à investir dans leurs avenirs. En effet, l’ambassade américaine a pris l’engagement de financer trois (3) mois d’incubation dans l’incubateur de Banj pour ces projets. La CTL Haïti a pris fin certes, mais, l’aventure entre ces créatifs et développeurs ne fait que commencer avec cette annonce qui a fait vibrer le lobby de Banj avec des tonnes d'applaudissements et des fous éclats de rires. Innovante et révélatrice tels sont deux mots qu'on ne peut pas omettre, si l'on veut vraiment décrire la Creative Tech Lab Haïti. Débutée le 02 juillet 2020, elle a pris fin ce vendredi 24 juillet, lors d'un cocktail, à travers lequel, les créatifs et développeurs n'ont pas manqué de converser, danser et s'amuser entre eux dans les locaux de Banj. Shonly Bonel LAGUERRE Twitter : @shonlybonel
PARTAGER CET ARTICLE
A PROPOS DE L'AUTEUR

Banj Admin